10 place Abbé Leauté La Verrie 85130 Chanverrie
En cas de décès : 06 45 51 84 99

Informations et Nouvelles

Billet du 3° dimanche de Pâques 26 04 2020 les disciples d’Emmaüs (Luc 24, 13-35)

Cette page d’évangile « les disciples d’Emmaüs » est l’une de mes 3 pages préférées de l’Evangile. C’est une véritable catéchèse de la foi, de la messe, de la vie chrétienne. J’y vois comme 3 partages.

  • Partage de chemin. Ce compagnonnage c’est celui du Christ envers les 2 disciples, c’est aussi le mien dans le quotidien de ma vie, dans ma mission. Rejoindre et se laisser rejoindre… je suis tour à tour dans ces 2 positions. C’est l’écoute, le partage des soucis, des questions, des joies et des souffrances, parfois d’une révolte…Parfois, il me semble être seul face à moi-même, à porter une souffrance, une inquiétude, une épreuve… le confinement que nous vivons peut nous le faire ressentir davantage. La solitude n’est jamais de bon conseil, dit la sagesse populaire. Même s’il me revient bien de décider ce que je dois être ou faire, la relation explicite ou non à d’autres reste nécessaire et équilibrante ; ressentir la présence du Christ aussi… et nourrir cette relation
  • Partage de parole: quel extraordinaire partage de parole de Bible ici au cours duquel le « Verbe de Vie » s’explique et se révèle ! Sans doute, nous n’avons pas le sentiment d’avoir eu l’expérience d’une telle révélation ; quoique ! quand dans une équipe de caté ou de liturgie, dans une équipe de mouvement ou de formation…, on partage au niveau de sa foi, on partage l’histoire de sa foi… ça aboutit à des prises de conscience similaires… j’ai besoin d’une équipe de partage pour m’exprimer, être écouté, relire le vécu ; et puis j’ai à jouer le même rôle pour les autres au même niveau… je trouve que dans notre Eglise, cette richesse se perd, et c’est bien dommage ! même si un certain « retour » sur l’importance de la Parole se dessine et se vit
  • Partage de pain: il a suffi d’une invitation à rester, et, au signe du pain partagé, ils le « reconnaissent », c’est-à-dire ils ont une « nouvelle connaissance » du Christ… Cet inconnu, c’est le Christ. Même s’il disparait à leurs yeux, ils ne peuvent en rester là… Malgré la peur de la nuit, ils courent pour partager la Bonne Nouvelle aux autres. Leurs yeux s’ouvrent quand le pain est rompu, donné, mangé. Cette présence bien « réelle » mais fugace (quand le pain est consommé, il n’y a plus rien à voir) ouvre les yeux sur leur fragilité, leur pauvreté mais donne la force de la vivre. Nous venons à la messe parce que nous croyons, certes, mais également pour croire. L’Eucharistie nous associe à la Résurrection. Il nous reste à vivre en ressuscité.

Dernier partage : L’un des deux disciples s’appelait Cléophas ! et l’autre ? comment s’appelle-t-il ? et si c’était moi !

 

VOUS SOUHAITEZ CONTINUER À SOUTENIR VOTRE PAROISSE ?

Une proposition :

Mettez de côté chaque dimanche, à la maison, ce que vous auriez versé à LA QUÊTE pour le remettre à votre paroisse à la sortie du confinement. Par avance MERCI pour votre générosité.