10 place Abbé Leauté La Verrie 85130 Chanverrie
En cas de décès : 06 45 51 84 99

Informations et Nouvelles

Billet 5ème dimanche de Pâques 10 mai 2020

3 lectures = 3 mots clés

1ère :  ( Actes, 6, 1-7)  institution des « diacres »

La croissance de l’Eglise naissante est rapide. Les apôtres sont investis au maximum dans leur mission d’annonce et de fondation. Ils se donnent complètement au « service de la Parole ». On dit que pour se décharger de la charge matérielle de distribuer les vivres et les secours, ils instituent des fonctions nouvelles pour se décharger des tâches matérielles… ce qui sera le diaconat. Vrai et faux ! le « service de la Parole » se doublait du service du « Partage » des dons mis en commun. Inversement, le service matériel sert aussi l’annonce de la foi !ne l’oublions pas ! Il y avait une majorité de croyants parlant hébreux, araméen, et une minorité, venue d’autres régions, parlant plutôt le grec… et c’est là que des incompréhensions, voire des jalousies se faisaient jour… l’institution de ces nouveaux acteurs de la communauté (notons la créativité dès le début de l’Église) est plutôt une attention aux minorités et à la communion. Il me semble que cela éclaire bien le ministère des diacres aujourd’hui encore.

2ème : (1Pierre 2, 4-9) Jésus pierre d’angle ; nous, pierres vivantes

La pierre d’angle, c’est la grosse pierre qui était posée en premier dans un coin de la construction et qui servait de mire pour élever les murs… cela correspond bien à l’image que nous avons de Jésus, base de la foi et de la communauté croyante. Base de la foi, car il est la parole du Père, le visage humain de Dieu, la concrétisation de son Amour. Et nous, nous avons mission d’être les pierres vivantes de son temple vivant, d’être les éléments constitutifs de la communauté qui va poursuivre sa mission de révéler l’amour de Dieu… si la construction d’une maison s’achève un jour, la construction du corps du Christ est toujours en chantier…

Évangile : (Jean 14, 1-12) « je suis le chemin, la vérité, la Vie »

Expression parlante, souvent reprise aux sépultures, pour dire le sens de notre vie… C’est un chemin : on bouge, on se déplace, on évolue… Jésus est Vérité ; la Vérité n’est donc pas une définition, un article du droit canon… une chose morte, mais une personne vivante, le Christ, lui-même révélateur de Dieu. Il est la vie, la Vie, pleine et entière parce qu’héritée de Dieu source de toute vie. Notre vie sur terre est notre apprentissage de la vie selon le cœur de Dieu. Alors varions les mots : « Je suis le vrai chemin vers la Vie », ou « je suis le chemin vers la vraie Vie « , ou « la vie est chemin vers la vérité en Dieu »… tout cela est juste !

Demain, nous « déconfinons » ! Quel retour vers l’essentiel avons-nous expérimenté depuis 2 mois, dans cette expérience unique de nos vies ? Quelle vérité ai-je redécouvert sur moi-même, sur les autres et sur Dieu ? quel chemin nouveau vais-je emprunter ? quelle vie ai-je envie de vivre ? l’essentiel de ma foi dépasse le rassemblement et les rites, même s’ils sont essentiels… le jeûne eucharistique vécu 2 mois, mais chez d’autres des années entières, nous renvoie à l’essence même de l’eucharistie : service de Dieu dans l’action de grâces-merci et le service du frère. Il nous faut « déconfiner Dieu»* qui n’habite pas d’abord dans nos bâtiments, les plus beaux soit-il !

  • Selon le mot d’Isabelle de Gaulmyn, la Croix du 2-3 mai 2020