10 place Abbé Leauté La Verrie 85130 Chanverrie
En cas de décès : 06 45 51 84 99

Informations et Nouvelles

Billet 2° dimanche de Pâques

(évangile Jean  20, 19-31)                           19 avril 2020

Ah, ce brave St Thomas ! il revient facilement dans nos conversations : « Moi, je suis comme St Thomas, je ne crois que ce que je vois ! » mais c’est un peu raccourci ! c’est bien mal connaître l’évangile puisque, au contraire, St Thomas a cru l’invisible. En voyant Jésus ressuscité, il a bel et bien reconnu qu’Il était Dieu, en 2 temps, certes, mais réellement. Si Thomas n’était pas présent le premier dimanche, ce n’est pas qu’il soit un mauvais disciple : les autres s’étaient confinés par peur des juifs ! Il n’avait pas eu peur de sortir comme il n’avait pas eu peur la veille des rameaux en encourageant les onze autres à monter à Jérusalem avec Jésus (Jn11, 16). Thomas n’avait pas peur, donc, mais il n’avait pas accueilli la parole de ses frères… ce n’est pas pareil !!!

De plus, il ne suffit donc pas de voir pour croire ! après tout, les gardes du tombeau de Jésus eux aussi ont vu l’ange annonçant Jésus ressuscité, et ils sont même allés le raconter à leurs chefs. Mais ils ne sont pas devenus croyants pour autant ; ils ne sont pas devenus disciples de Jésus.

Être comme St thomas, c’est accueillir une révélation, une expérience de foi qui est possible à cause d’une relation antérieure. Être comme saint Thomas, c’est aller plus loin que les apparences, entrevoir l’invisible au-delà du visible, et se mettre soi-même au service de cette découverte…

Thomas est devenu notre jumeau (didyme) ; il fait la charnière entre ceux qui ont cru parce qu’ils ont vu, et les générations de ceux qui croient en Lui en recevant ce témoignage, génération après génération.

La démarche de Thomas nous pousse à aller au-delà de nos doutes. La foi, l’adhésion n’est jamais aussi forte qu’au sortir du doute, d’une épreuve, et que la proximité d’un frère et de l’Esprit nous a conduit à cet élan qui change tout. Confinés en ces semaines, recueillons tous les témoignages de vie qui témoignent que l’amour du frère et de Dieu habite vraiment le cœur de beaucoup d’hommes., et témoignent de la victoire de la Résurrection. Ce qui a aidé Thomas à croire, c’est la vue des plaies…  signes de la vie donnée du Christ. Ce qui peut aider à la foi, c’est la vue des « marques d’amour, des plaies d’amour » de nos frères aujourd’hui.

 

 

10 454 « Thomas » sont nés en France en l’an 2000, année record. (Aujourd’hui guère plus de 1000)…